Benoît Lachambre

Évoluant dans le milieu de la danse depuis les années 1970, Benoît Lachambre découvre en 1985 l’improvisation et le releasing dont l’exploration kinesthésique du mouvement vient fortement imprégner son travail de composition chorégraphique. Il s’investit alors totalement dans une approche exploratoire du mouvement et de ses sources dans l’idée de retrouver l’authenticité du geste. Sa démarche s’appuie fondamentalement sur un travail en acuité avec les sens où lier l’artistique et le somatique devient une nécessité. Parmi ses plus fortes influences, Benoît Lachambre aime citer Meg Stuart, avec laquelle il collabore régulièrement, mais aussi Amélia Itcush pour son travail sur la dispersion de poids et de forces dans le corps.

En dehors de son travail de chorégraphe et d’interprète, Benoît a acquis une grande notoriété en tant qu’enseignant au travers des classes et ateliers qu’il donne partout dans le monde depuis 23 ans.

Benoît Lachambre a créé 15 oeuvres pour sa compagnie Par B.L.eux, depuis sa fondation en 1996. Il a participé à plus de 20 productions extérieures et reçu 25 commandes chorégraphiques, dont I is memory (2006, solo pour Louise Lecavalier) et l’œuvre JJ’s Voices qu’il crée en 2010 pour le Cullberg Ballet à Stockholm. Il multiplie ainsi les rencontres et les échanges dynamiques et collabore avec de nombreux chorégraphes d’envergure internationale et artistes provenant de disciplines différentes. En 2013, Benoît Lachambre a reçu le Grand prix de la danse de Montréal, récompensant l’ensemble de sa carrière et plus spécifiquement sa dernière création Snakeskins. Prismes lui a valu en décembre 2014 le Prix du CALQ de la meilleure œuvre chorégraphique de la saison 2013-2014.

Il travaille actuellement avec Montréal Danse à la création d'une nouvelle pièce, Reel to Reel (titre temporaire).