Présentation

Matière blanche

CRÉATION : CAROLINE LAURIN-BEAUCAGE / UNE CO-PRODUCTION DE MONTRÉAL DANSE & LORGANISME

PREMIÈRE : 6, 7, 8 octobre à l'Agora de la danse de Montréal

Matière blanche est un laboratoire, un espace cérébral partagé où sensations, pensées, peurs, instincts s’expérimentent comme des connections nerveuses passant par les corps des interprètes.

Dans une salle plongée dans l’obscurité, les spectateurs sont disposés en cercle. La scène, vaste, se fait arène. Au centre, surplombées de crochets, deux interprètes (Rachel Harris, Esther Rousseau-Morin) se meuvent ensemble, oscillant entre désirs, impulsions et vulnérabilité.

Duo à l’identité insaisissable, elles se complètent, s’opposent, se lient et se délient. Ni lutte, ni spectacle, leurs mouvements suggèrent l’évolution d’un processus mental dont le spectateur est partie prenante. Une chorégraphie toute en interdépendance et en fragilités, qui se déploie sous les éclairages subtils et fluctuants de Jean Jauvin.

Porté par la trame sonore conçue par David Drury, Matière blanche invite à une seule expérience, sensorielle et viscérale.

"Celui qui pourrait regarder à l’intérieur d’un cerveau en pleine activité, suivre le va-et-vient des atomes et interpréter tout ce qu’ils font, celui-là saurait sans doute quelque chose de ce qui se passe dans l’esprit, mais il n’en saurait que peu de chose. Il en connaitrait tout juste ce qui est exprimable en gestes, attitudes et mouvements du corps, ce que l’état d’âme contient d’action en voie d’accomplissement, ou simplement naissante : le reste lui échapperait”
Henri Bergson | L’âme et le corps

DIFFUSION : Gilles Doré // (514) 871-3873 // direction@artcirculation.org